L'objectif de la fin de nos vacances est d'aller visiter la région au sud de Naryn, à savoir principalement le lac Tchatyr-Koul juste à coté de la frontière chinoise, et Tash-Rabat, un caravansérail, avant de repartir au nord pour se diriger vers Bishkek, d'ou partira notre avion pour la france.  :sisicaivrai:

Tash-Rabat

On commence par prendre une marshroutka qui nous amène de Naryn à At-Bashi. Une fois arrivés, on essaie stupidement de d'aller à pied jusqu'aux ruines de Koshoï-Korgon situées à quelques kilomètres de là, à pied.  :fez666:

Manque de bol, il y a un cours d'eau infranchissable, donc nous voilà de retour sur la route principale pour faire du stop jusqu'à la ville de Kara-Suu, où l'on marche encore une bonne demie heure pour atteindre les ruines. :rus:  Il y a un petit musée, et il ne reste plus grand chose des ruines en question : on a vite fait le tour !

[photo]

On revient donc sur la route principale pour faire du stop. Une voiture accepte de nous amener jusqu'à l'embranchement ou l'on quitte la route principale pour monter vers Tash-Rabat. Plus on se rapproche, et plus le temps est menaçant. :tigui:  On sort de la voiture sous une pluie diluvienne. A peine le temps de reprendre nos esprits qu'un 4x4 avec des touristes français propose de nous amener jusqu'à Tash-Rabat. Même pas le temps d'être mouillés, on a décidément du bol !  :zjk:

A Tash-Rabat, il ne pleut plus. Ça a l'air sacrément touristique, avec des yourtes à touristes et du monde un peu partout. On est d'ailleurs réduits à planter la tente relativement loin pour ne pas avoir à payer de taxe.

[photo]

[photo]

[photo]

On rencontre sur place deux couples (dont un avec enfants)  de français (décidément !   :ddr555: ) qui sont en vadrouille depuis plusieurs années dans deux sacré camions : spacieux, 4x4, et sur l'un la partie habitable a été faite à la main.  C'est des vraies maisons roulantes : sanitaires, chauffage ou climatisation fonctionnant à l'arrêt, et même lave-linge !  :xx_xx:

[photo]

Vous pouvez même suivre les aventures de l'un des deux couples sur leur page facebook.

On prend le repas du soir dehors avec eux, et on finit par un petit thé dans un des camions, vu que la pluie se remet à tomber. :chris:  Une belle rencontre !

On quitte ensuite le confort du camion pour aller retrouver notre petite tente.

Lac Tchatyr-Koul

Le lendemain, notre but du jour est d'aller planter la tente à coté du lac Tchatyr-Koul, plus au sud.

[photo]

Au début on suit une rivière en pente douce puis on la quitte pour attaquer un col à plus de 3900m d'altitude. Il est alors 15h, et le temps vire à nouveau à l'orage:necris:

[photo]

On fait un mini arrêt en montant la tente juste avant le col pour laisser passer l'orage, qui finalement ne fera que nous frôler. Puis on replie la tente et on repart à l'assaut du col. Une fois là, à peine le temps d'admirer la vue magnifique qu'il se remet à pleuvoir. :sisicaivrai:  On redescend donc dare-dare en direction du lac ou on plante la tente non loin d'une yourte. On est les seuls touristes à l'horizon, étonnant vu la beauté du lieu !

[photo]

[photo]

On prépare le repas lors d'une accalmie, et on mange super tôt.  On se couche super tôt aussi , étant tout les deux un peu morts.  :dodo:

Au réveil, petite déception : le temps est toujours couvert, et on ne voit même plus les montagnes enneigées de l'autre coté du lac ! :grise_mine:

[photo]

On replie la tente, puis on repart en direction du col pour le repasser dans l'autre sens. En effet, à cause de la proximité de la frontière chinoise, on a pas le droit de faire autre chose qu'un aller-retour !

La montée est un peu plus facile du fait qu'on est plus acclimatés, et qu'il n'y a finalement que 400m de dénivelé.

Il s'ensuit une longue descente sous un temps maussade. On dépasse le caravansérail, puis on trouve une voiture qui accepte de nous prendre en stop.

Fin du voyage

On décide de passer la nuit dans la ville d'At-Bashi plutôt qu'à Naryn, histoire de changer un peu. At-Bashi est plus petite et moins touristique que Naryn.

On pose nos affaires dans une guesthouse et on prend (enfin) une petite douche, puis on part en "ville".

C'est à peu près aussi mort que Naryn, sauf qu'on arrive à trouver un "lounge bar", ou on est les seuls clients.  On se prend un petite bière en mangeant une pizza (!) avant d'aller dormir.

Le lendemain, on choppe une marshroutka pour Naryn. A peine arrivés, un gars nous propose de nous amener jusqu'à Tamchy pour 1200 soms. Ça parait honnête, go ! :bounce:  Sauf qu'on s'est rendu compte au milieu du trajet qu'il voulait 1200 soms par personne. Après d’âpres négociations, on lui laisse 600 soms supplémentaires. :(

On arrive à Tamchy en début d'après-midi. Là, c'est un peu le choc : il y a dix fois plus de monde que la dernière fois !

On craque un peu et on se prend une chambre tout confort jute à coté de la plage, pour à peine plus cher qu'une guesthouse CBT.

On passe le reste de la journée à profiter de la plage et des nombreux restos et bars de Tamchy. Ça nous change de Naryn et At-Bashi !

Le lendemain matin, on range nos affaires, puis on prend un taxi qui nous amène à Balitchi. De là on prend une marshroutka pour Bishkek.

On déambule dans la ville jusqu'au soir, puis on se rend à l'aéroport pour attraper notre avion pour la France.

Et c'est ainsi que se terminent nos aventures Kirghizes !

Au final on a beaucoup apprécié ce pays pour la gentillesse et l'hospitalité des habitants, pour son coté encore sauvage, et pour ses paysages grandioses et variés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *