Tout juste de retour de vacances, je ne résiste pas plus longtemps à l'envie de vous raconter un peu nos dernières aventures. :zjk:

Cette année, une destination un peu originale, idée de Noémie : le Kirghizstan.

La question classique qui suit est : "c'est ou ?"

Eh bien c'est là :

Autrement dit, vers les pays en "-an", coincé entre la Chine et l'Ouzbekistan, bref : en asie centrale.

Pourquoi aller là bas? Parce que c'est peu touristique, qu'il y a pas besoin de visa, que les paysages ont l'air magnifiques et montagneux (avec des pics à plus de 7000m ! :mr_mat: ), et parce qu'on en a entendu que du bien.

Le grand départ

Après plusieurs mois d'attente, nous y voilà !

Une courte nuit à cause des préparatifs du départ combinés à un concert mémorable de Rodrigo y Gabriela, un trajet en avion avec une attente de 6h à Istanbul, et nous voilà arrivé à Bishkek, capitale du Kirghizstan, pas très frais mais heureux.  :bounce:

Pour rejoindre la ville depuis l'aéroport, on opte pour la simplicité : le taxi, qui nous coûte 600 soms soit un peu moins de 10€.

Pour notre première nuit dans le pays, on a décidé de faire du couchsurfing.

On arrive chez notre hôte : Ho, un coréen habitant Bishkek. On sonne à la porte (après avoir commencé par sonner à une mauvaise porte  :fez666: ) mais la sonnerie ne provoque aucune réaction. :gratgrat:  En fait, Ho avait oublié qu'il devait recevoir des couchsurfers, et donc ne nous attendait pas vraiment. Heureusement, il finit par se réveiller et par nous ouvrir la porte. Ouf ! :)  On fait donc connaissance, et on pose nos sacs. Vu que Ho part travailler en taxi, on profite de la voiture jusqu'au centre ville, et on va découvrir la ville.

Bishkek est... soviétique. :nofret:  C'est partout des rues super larges bordées de buildings cubiques et imposants, parfois complètement délabrés. On a l'impression que la ville entière est une banlieue.
On commence par se rendre sur la place Ala-Too, assez grande et toute en symétrie, puis on va voir la statue de Lénine, en face du parlement.

[photo]

[photo]

On va ensuite se poser dans un café, histoire de souffler un peu. Le patron vient nous taper la causette en anglais, et finit par nous offrir nos cafés. :jap:  Ils ont l'air sympa, les Kirghizes !
Puis on part aller jeter un coup d’œil au bazar d'osh. Il est immense, difficile de s'y retrouver ! On fait bien gaffe à nos affaires, vu qu'il est assez réputé pour ses pickpockets.

[photo]

On décide d'aller rejoindre l'appartement de Ho à pied. Ça nous permet de retrouver un peu de calme après le brouhaha du bazar. Au bout d'un moment, on fini quand même par en avoir plein les pattes, et on décide stupidement de prendre le premier trolley bus qui passe en supposant qu'il va tout droit et nous amènera à bon port.

Ça a pas loupé, au bout de quelques centaines de mètres, le bus bifurque et on se retrouve vite au milieu de rien. On a plus qu'a refaire le trajet en bus dans l'autre sens, et à finir à pied.

Ho étant un peu occupé, on passe une soirée tranquille à lutter contre le sommeil jusqu'à 21h, puis à sombrer rapidement.

Bishkek ne nous a pas plus emballé que ça, et on devra forcément y passer au retour. Le lendemain, on se lève et on décide donc de quitter la ville sans plus attendre pour nous rendre au bord du lac d'Issyk-kul.

On l'a donc constaté : les villes ne sont pas le point fort du Kirghizstan. Comme le dit très justement William Mauxion dans le magazine bouts du monde emmené par Noémie, "Il ne faut pas demander à un peuple de nomades de construire des jolies villes".

On prend un bus de la ville jusqu'à la gare routière, puis on embarque dans une Marchroutka en partance pour Tamchy, la ville ou on a choisit d'aller, et qui fera l'objet du prochain article ;-)

Petite note culturelle : une Marchroutka, c'est un concept assez sympa : il s'agit d'un bus qui n'a pas vraiment d'horaire, et qui part une fois qu'il est plein. Du coup, c'est pas cher, et finalement on es assurés d'avoir une place !

commentaires ( 3 )

  1. rodrigo y gabriela ont du pas mal changé depuis la video youtube ;)
    le marchroutkha c’est un peu le taxi brousse du coin : https://fr.wikipedia.org/wiki/Taxi-brousse ;)

  2. je me demandais bien d’où venait la phrase que tu avais mis en accroche « Il ne faut pas demander à un peuple de nomades de construire des jolies villes » :)

  3. Bêêêêê !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *